Cheval de montagne, moins connu que son voisin le Mérens, le Cheval Ariègeois Castillonnais, originaire de la Vallée du Biros à l'extrémité sud-ouest du département, dispose des même qualités dispensées par le terroir ariègeois.

De robe Noir Pangaré (bai châtain) avec des marques de feu aux nuances rousses aux flancs et un nez de renard, d'environ 1,50 m - 1,55 m au garrot, ce cheval est lui aussi bien adapté à la vie des montagnes et est caractérisé par son adresse, sa robustesse et son ardeur au travail.

APTITUDES

Comme son frère le célèbre poney de Mérens, dont il diffère simplement par une nuance de robe, le petit cheval de Castillon est aujourd'hui parfaitement adapté à l'équitation de loisirs sous toutes ses formes. Il n'oublie pas pour autant sa vocation ancienne de cheval militaire, de diligence ou encore de cheval paysan, car ce sont en fait ces fonctions traditionnelles qui ont forgé son agilité, sa frugalité, sa résistance à l'effort et son caractère facile. Ses capacités de porteur et son adaptation à la vie rude des montagnes sont étonnantes.

Malgré sa taille, il est capable d'incroyables performances comme les mulets. Quant à son aptitude à l'attelage, elle n'a jamais cessé d'exister, pour le plus grand plaisir des amateurs de plus en plus nombreux de cette discipline.

ORIGINE

Également appelé "cheval du Biros" ou "St Gironnais" (du nom de la ville de St Girons où a lieu, le lendemain de la Toussaint, une importante foire aux chevaux), le cheval Castillonnais a suscité dès le début du siècle (1908) l'intérêt d'un éminent hippologue ariégeois, Gabriel LAMARQUE, à qui nous devons les premiers actes de mise en valeur de la population chevaline autochtone. Comme toutes les populations chevalines pyrénéennes (Pottok, Anglo-Arabe, Landais ... ) le cheval Castillonnais issu de hardes sauvages très anciennes dont les grottes ariégeoises recèlent force représentations peintes ou sculptées, a été, au cours des âges, imprégné de sang oriental et surtout ibérique, ce qui se lit encore, de nos jours dans son expression si particulière.

Très fortement menacé par des croisements d'absorption par des races lourdes et surtout par la dépopulation de son berceau d'origine, ainsi que la perte de débouchés traditionnels (Armée, Agriculture, Transports), ce petit cheval méritant aurait achevé son agonie sans l'intervention en urgence d'un petit groupe d'amis, dans les années 80.

La légende attribue sa source à la Grèce, ainsi d'ailleurs que celle du costume folklorique particulièrement original des hautes vallées de Bethmale et du Biros. Un certain Jouanissou, enfant du Pays, en serait revenu, au cours du XVile, fortune faite, entouré de chèvres, juments, étoffes et femmes qui jetèrent d'abord l'effroi dans la vallée, avant que ses coutumes ne se transforment et s'imprègnent de ces nouveautés.

Plus près de nous, des chroniqueurs historiques affirment que François l er montait un cheval du Biros à la bataille de Pavie.

L'Association Nationale du Castillonnais

En 1996, la race est officiellement reconnu par le Ministère de l'Agriculture comme race de sang (cheval de selle).

L'Association Pyrénéenne Ariégeoise du Cheval Castillonnais créée en 1992, avec l'appui du Haras National de Tarbes, du Conseil Général de l'Ariège et du Conseil Régional de Midi-Pyrénées organise chaque année (au mois d'août à Castillon en Couserans) un marché-concours.

Les meilleurs reproducteurs y sont classés, comparés, primés et leurs produits identifiés selon l'exigence du Livre Généalogique, agréé par les Haras Nationaux.

En 1998, le cheptel s'élevait à 180 chevaux.
En 2008 ce nombre a plus que doublé.

Le cheval Castillonnais bénéficie des primes agri-environnementales dites à la "jument allaitante".

CONTACTS

ANCC siège social Mairie de Castillon- 09800- Castillon-en-Couserans

Tel 05 61 69 01 99 www.chevaldecastillon.com et www.chevalcastillonnais.fr

Fiche "Cheval de Castillon" des Haras Nationaux

Localisation des chevaux Castillonnais - Autres photos

Photos de chevaux Castillonnais - Page d'accueil du cheval Castillonnais - Email

Concours Étalons et 3 ans montés septembre 2008

Foire Expo de Saint Girons Avril 2009

Transhumances de Seix Juin 2009

Equestria à Tarbes Juillet 2009

Autrefois Le Couserans Saint Girons Août 2009

Les Castillonnais de Bretagne Août 2009

Concours Août 2009

Foire Agricole du Mas d'Azil 2009

Déplacements en 2010

Standard du Cheval Castillonnais
CARACTERISTIQUES A ÉVITER
   
TAILLE : minimum requise : 1m35, maximum: 1m55, moyenne actuelle :      1 m45  
ROBE : baie châtain foncé, avec des taches de feu aux flancs,et nez de renard.  (correspondant  dans la nouvelle classification des robes des Haras Nationaux: Noir Pangaré). Bai classique accepté.Le tissu est de qualité, fin et soyeux. Il peut exister des variantes saisonnières dans les nuances. nez de biche
CRINS : abondants, drus et rêches au toucher, parfois crêpelés. La crinière est préférée simple.  
TÊTE : expressive et distinguée lourde et longue aux lèvres épaisses
FRONT : plat et large  
CHANFREIN : droit ou camus busqué, bout du nez fuyant
OREILLES : assez courtes, bien fournies de poils à l'intérieur et bien dessinées plantées bas
YEUX : bien sortis, très vifs, à expression douce, arcades sourcilières légères petit oeil, oeil couvert
ENCOLURE : de longueur moyenne, bien orientée, attache de tête légère encolure courte, chargée, greffée bas
POITRAIL : bien ouvert  
EPAULE : moyennement longue, assez inclinée épaule courte, avancée, droite
GARROT : assez sorti et prolongé vers l'arrière noyé, bas, en avant
DOS : large et bien soutenu étroit et laché
REIN : bien attaché, large et musclé rein décroché et rognon haut
CROUPE : ronde double, tranchante, avalée courte
FLANC : plein et descendu tendance ogivale des côtes   
MEMBRES : bien articulés, trempés :antérieurs : avant bras musclépostérieurs : cuisses bien descendues  
PIEDS : larges, corne noire et dure pieds plats
ALLURES : aussi étendues que possible avec en particulier un fort engagement des postérieurs allures piquées, répétées, courtes
ENSEMBLE : dense, dru, près de terre, volontaire et noble.